Se lancer dans le yoga

Bonjour à toutes !
Aujourd’hui je reviens vous parler d’une activité sportive qui me fait du bien depuis quelques temps : le yoga. Je pratique depuis plusieurs mois mais à mon rythme donc j’ai préféré attendre de maîtriser un peu mieux mon sujet avant de vous en parler.

Pourquoi ai-je choisi le yoga ?

Avant de m’y mettre, je pensais que le yoga avait une dimension spirituelle. Les notions d’harmonie du corps et de l’esprit m’ont un peu induite en erreur. Puis en me renseignant j’ai vu que je n’avais pas besoin de me convertir au bouddhisme pour « avoir le droit » de pratiquer le yoga. Bonne nouvelle !
plus sérieusement, j’ai choisi le yoga car ce sport permet d’améliorer ses capacités physiques et mentales. C’est exactement ce dont j’avais besoin après mon accouchement avec mon rythme de vie de jeune maman débordée. Et croyez-moi c’est physique ! Allez je vous en dis plus ci-dessous.

Les différentes disciplines de yoga

Il existe plusieurs types de yoga. En effet, chaque personne qui dit « je fais du yoga » ne le pratique pas de la même manière qu’une autre. C’est aussi ce qui est bien dans le yoga, il est modulable pour en faire ce que l’on vient y chercher. Voici les deux axes principaux :

Le développement physique

Le yoga est un sport très efficace pour le renforcement musculaire. En effet, toutes les postures doivent être tenues un maximum de temps ce qui favorise le gainage. Plus les abdominaux sont contractés, plus la position est maintenue longtemps et plus les muscles se renforcent.
Pour tenir plus longtemps il est conseillé d’optimiser sa respiration et aussi son équilibre. Le power yoga est particulièrement indiqué pour les personnes en quête de renforcement musculaire.

La gestion du mental (stress)

Le corps et l’esprit marchent main dans la main, ce n’est pas spirituel c’est physique et vérifié ! Aussi une posture se tient longtemps si la force mentale y croit en premier lieu. « Je peux le faire je peux le faire, je reprends mon souffle doucement, je respire par le ventre, je me concentre, je me détends et comme par magie, le mouvement est de plus en plus fluide ! La souplesse s’installe petit à petit à chaque séance un peu plus. Pour les personnes en quête de zen, le Yin Yoga est le plus adapté.
yoga santé bien être

Est- ce que les résultats sont visibles ?

Oui ! Mon corps est plus tonique et je me sens plus apaisée dans ma vie quotidienne. Les effets ne sont pas fulgurant, ils se méritent et une fois qu’ils sont acquis ils doivent être entretenus pour être durables.
Certaines postures peuvent très bien être intégrée discrètement dans la vie de tous les jours. Et oui, le yoga ce n’est pas que des positions spectaculaires comme la salutation au soleil !
Ainsi, je me débrouille pour pratiquer un peu de yoga tous les jours pour entretenir les résultats que je trouve très satisfaisant et sans contrainte.

Comment apprendre le yoga ?

Pour apprendre le yoga le plus instructif est d’assister à un cours. Il existe des séances en groupe mais certains maîtres yogis proposent des leçons individuelles.
Pour ma part, j’ai commencé grâce à un cours dispensé dans la salle de sport que je fréquente. Un coach sportif nous a proposé à mon amie Claire (que vous connaissez déjà) et moi une initiation et ça a été le coup de foudre immédiat.
Ensuite, j’ai cherché sur youtube et il existe plein de vidéos pour débutants et yogis confirmés. Ainsi, je pratique chez moi sur mon simple tapis de sport en mousse accompagnée par une petite musique zen.

Pour terminer, je trouve que depuis que je pratique le yoga mon sommeil est de meilleure qualité, je ne me réveille plus fatiguée le matin. De plus j’ai pris l’habitude de tenir mon dos bien droit et à mieux gérer ma respiration. De plus, ce sport ne nécessite aucun équipement particulier et peut donc se pratiquer dés que l’on en a envie.
J’ai envie maintenant d’aller un peu plus loin dans la relaxation, je me penche sur la méditation, je vous en parlerai probablement très bientôt.

N’hésitez pas à me faire part de vos témoignages en commentaires 😉

A très vite,
Julie

Photos : Pixabay

Astuce make up : l’eye liner permanent


Bonjour à tous !

L’hiver est bien installé et la saison des pluies bat son plein. Alors je suis sans cesse en quête de techniques pour éviter les frisottis sur mes cheveux, pour ne pas être mouillée des pieds à la tête et aussi pour éviter que mon maquillage ne coule.

C’est en cherchant sur internet que je me suis renseignée sur le make up permanent et en particulier l’eye liner ! N’étant pas adepte des tatouages, j’avais quelques réticences mais finalement c’est très discret, indolore et ça fait gagner un temps fous dans la salle de bain le matin ! Je vous en dis plus dans cet article.

Les avantages de l’eye-liner permanent

Cette opération consiste à effectuer une dermopigmentation à l’aide d’une aiguille très fine au niveau de la peau des paupières. Pour éviter tout risque de mésaventure, l’injection ne peut avoir lieu qu’à la surface du derme. Cette partie du visage est régulièrement exposée au soleil. Ainsi, le tatouage s’estompe au bout de deux à cinq années. Pour que le grimage tienne à vie, il s’avère réalisable de procéder à des retouches tous les deux ans. Bien entendu, ce type d’opération figure parmi les plus difficiles à pratiquer sur le côté technique.

Cependant, nombreux sont les avantages qui poussent les individus à appliquer l’eye-liner permanent (à l’exemple de l’eye Liner Haut). Premièrement, cette formule ouvre le regard et donne un aspect sophistiqué au visage. Malgré les mouvements effectués, le maquillage semble en bon état et il paraît inutile de le refaire à plusieurs reprises. Ensuite, elle demeure une solution avantageuse pour les personnes qui souffrent de tremblements et qui présentent des allergies aux différents produits employés. Ce fard reste une technique qui permet de se tracer les yeux pour un embellissement durable, mais pas définitif. C’est en fait un gain de temps considérable étant donné qu’on est déjà grimé au réveil.

L’application de l’eye-liner permanent

Il convient primordial de choisir une forme qui s’accorde avec la personnalité. Pour un rendu naturel, il est conseillé d’adopter une densification ciliaire. Elle constitue une ligne très fine qui est dessinée à la base des sourcils. Cette formule donne l’impression que la membrane palpébrale devient plus épaisse. Elle s’avère aussi une solution plus pratique pour corriger des yeux écartés. Ensuite, pour ceux qui désirent créer un effet plus original, la touche peut être effectuée par petits points flous afin de provoquer une légère ombre sur le regard. Il semble déconseiller de dessiner un trait qui dépasse au-delà de la paupière, car sinon, il produit un regard plus tombant.

Dans le cas où une personne souhaite se faire tatouer à la fois la ligne des parties inférieures et supérieures de l’œil, il faut que les deux tracés ne se rejoignent pas. Dans le cas contraire, on a l’impression d’arrondir les yeux et d’avoir l’air toujours étonné. Avant de se lancer, il convient de prendre tout le temps pour réfléchir. Une fois convaincue, il est fortement recommandé de choisir un professionnel agrée.

Le zéro déchet au quotidien

Puisque nous en sommes à la période des bonnes résolutions, voici un sujet que j’avais envie d’aborder ici. Le cas « zéro déchet ». Comme beaucoup j’ai pris conscience petit à petit que nos modes de consommation avaient un impact sur l’environnement.
Et il se trouve que l’on peut agir en diminuant nos déchets mais la société ne nous aide pas trop… Je m’explique dans cet article.

Le zéro déchet compliqué par la société

Réduire ses déchets, dans l’absolu, ça n’a rien de compliqué. Il suffit de privilégier l’utilisation de contenant réutilisables ou du moins recyclables. Faire ses courses en magasin « vrac » et globalement être un peu dégourdi et malin.
J’avais déjà raconté comment je recyclais mes sachets de thé ! (depuis je n’utilise plus que du thé en vrac, encore plus économe et écolo).
Sauf qu’en me penchant sur la question, j’ai fait un constat.
Celui que la société dans laquelle nous évoluons n’aide pas forcément à la tâche. Alors j’ai décidé de faire une liste non exhaustive des absurdités de la vie de tous les jours en matière d’écologie.
Dans une logique constructive, et quand cela est possible, j’essaierai de proposer des alternatives.

Les couverts en plastique

La vaisselle en plastique est très utile pour une utilisation temporaire comme un pique nique à la plage. Elle dépanne, sauf qu’elle n’est pas utilisée que de façon épisodique.
Cela se voit surtout dans le milieu de l’entreprise où les touillettes et gobelets jetables sont omniprésents.
En effet, pour le café du matin pour se motiver, à la pause puis après déjeuner et encore dans l’après midi cela fait 4 gobelets et 4 touillettes par personne et par jour en moyenne.
Il en va de même pour les couteaux et fourchettes des collaborateurs déjeunant sur place.
Pour limiter leur utilisation, il serait intelligent de proposer de la vaisselle lavable (verre, céramique, métal) aux employés et de ne garder le plastique que pour les visiteurs.
Les employeurs y seraient gagnant financièrement mais aussi en terme de place. Les poubelles aux pieds des fontaine à eaux et machines à café débordent littéralement tous les jours !
Pour faire bouger les choses il faudrait penser à une loi comme celle en vigueur depuis juillet 2016 sur l’interdiction des sacs en plastique.

Les écrans et lumières qui restent allumés

Encore dans le milieu de l’entreprise mais aussi chez les particuliers. Je ne comprends pas que l’on laisse les écrans d’ordinateurs allumés quand personne ne s’en sert. La nuit et le jour, les bureaux et les vitrines sont éclairés pour rien. Cela engendre une dépense énergétique incroyable, des ressources électriques gâchées.

Les packagings de produits bio

Si c’est pas un comble ça ! Les produits bio sont régulièrement emballés dans du plastique ou dans des emballages non recyclables. De bons produits issus de la culture raisonnable et sans pesticide… dans un paquet résolument pas écologique.

zéro déchet
Zéro déchet – les bocaux en verre réutilisables

Je pourrai continuer en évoquant tant d’autres paradoxes comme les emballages individuels pour les yaourts ou les biscuits. Ah et aussi les prospectus dans la boîte aux lettre qui atterrissent directement à la poubelle !

 

Bref, tout ça pour dire que même avec beaucoup de bonne volonté, consommer responsable s’articule autour d’une rééducation totale de nos apprentissages initiaux.
Maintenant que j’ai un petit jardin, je vais investir dans un composteur pour les déchets organiques. Je viendrai vous en reparler !

Les séjours sportifs en famille

Bonjour à tous, aujourd’hui je ne suis pas seule rédactrice sur le blog puisque mon amie Claire vient partager avec nous son expérience sportive. Elle a testé en famille les séjours sportifs ! Elle m’a vraiment donné envie de tenter !

Reprendre le sport après l’accouchement

Lors de mon dernier article j’évoquais la reprise du sport entant que maman. Je vous parlais de plusieurs méthodes que j’ai testées afin de tonifier mon corps post accouchement.
Les mouvements à la maison, la salle de sport, le running… C’est là qu’intervient Claire. Nous nous sommes rencontrées à la salle et en discutant, nous avons découvert que nous avions des points communs dont la difficulté à retrouver de la motivation pour se remettre au sport.
Sa fille est plus âgée que mon fils, elle a donc bien voulu partager quelques astuces avec moi (évoquée dans mon précédent article).

Aujourd’hui, elle vient nous parler de ses dernières vacances pour le moins surprenantes en Corse. Je lui laisse le clavier, à bientôt ! Julie

 

Présentation de Claire

Bonjour à tous, comme vous le savez maintenant, je suis donc Claire, 36 ans, maman d’une petite Manon 6 ans.
Avant ma grossesse j’étais une sportive régulière. Je pratiquais la course à pied, occasionnellement la randonnée, du VTT et de la natation une fois par semaine. Faire du sport était un moyen très efficace de décompresser après une journée / semaine chargée.
Puis ma fille est arrivée et tout a changé ! Je trouvais plein d’excuses pour ne pas m’y remettre, je m’étais inscrite à la salle mais je n’honorais pas mon abonnement et ensuite j’avais honte de n’y aller qu’une fois tous les 3 mois. Bref, j’étais dans l’impasse et je ne parvenais pas à perdre les quelques kilos superflus qui s’accrochaient après ma grossesse.
C’est alors qu’en cherchant de nouvelles motivations sur internet, je suis tombée sur une agence de voyage faite pour moi !

Une agence de séjours sportifs

Corsica Sport Travel, comme son nom l’indique, propose des séjours sportifs en Corse. J’ai accroché dés que j’ai commencé à parcourir un peu le site en voyant la diversité de leurs offres.
Mais j’admets que ce qui m’a encore plus séduite c’est lorsque je les ai contactées. Et oui, c’est une agence de voyage 100% féminine puisqu’elle est gérée par deux mamans.
Elles comprennent et anticipent les problématiques liées à la gestion des enfants. D’ailleurs toute la logistique du séjour est pensée pour que l’on puisse profiter à fond du voyage et des activités en famille ou individuellement.

Le principe de cette agence de voyage unique en son genre est d’organiser des vacances sportives en pleine nature. Une opportunité de découvrir l’Île de beauté autrement à travers des forfaits sur mesure.
A la carte, différentes formules selon le niveau et les capacités mais aussi en fonction du but recherché.
Par exemple, il est possible de suivre un stage de préparation pour un trail ou un marathon en conditions réelles. Accompagné par un champion de course de montagne, le participant profite de tous les conseils de l’animateur et de l’équipe technique pour améliorer ses performance et ainsi être au top le jour de la course !
N’est-ce pas génial comme concept ?!

cadre séjours sportifs
Le cadre des séjours sportifs, il y a pire non ? 😉

Dans mon cas, ce qui m’a attirée c’est le séjour actif en famille. Au programme : se ressourcer en famille de façon insolite en plein cœur de la Corse tout en faisant du sport.
Les activités sont accessibles à tous et pour tous les âges (il est conseillé d’être tout de même en bonne forme physique pour ne pas « subir » le séjour).
La seule condition est de réunir un groupe de 8 à 14 personnes. Ainsi, pour une famille de 3, comme c’était notre cas, il suffit de contacter l’agence pour rejoindre un groupe existant.

Ce que comprend le forfait tout compris en famille

Le voyage pour se rendre sur l’île de beauté est à la charge du voyageur. Mais une fois arrivé sur Ajaccio, l’agence prend tout en charge ou presque, un vrai bonheur.
-la prise en charge du groupe à partir d’Ajaccio
-l’encadrement permanent par un accompagnateur en montagne diplômé d’état corse, un moniteur canyoning et un moniteur vélo en fonction de l’activité
-toute la logistique (transport bagages etc)
-la pension complète : petit déjeuners / déjeuners / dîners et hébergements
Le tout pendant presque une semaine, sur le principe du séjour en étoile. C’est à dire que toutes les nuits se font dans la même tente lodge et que le circuit des activités gravite tout autour de l’hébergement.

Mon expérience

Je n’aurai pas imaginé que cela puisse exister mais au final, une semaine de sport certes mais un véritable break ! Des moments inoubliables en famille et des rencontres aussi. Et puis… un cadre idyllique entre le littoral merveilleux et les montagne sauvages et majestueuses.
On en a pris plein les yeux et les poumons, des souvenirs géniaux, tous ensemble. A refaire prochainement puisqu’ils organisent des séjours sportifs pendant toute la belle saison, c’est à dire presque toute l’année en Corse !

Alors Julie, on réserve ?
A bientôt,
Claire

Photo : Pixabay

Intégrer le sport dans sa vie de jeune maman

Avant de devenir maman j’avais du mal à trouver la motivation pour sortir faire un peu de sport. J’arrivais plus ou moins à me motiver pour faire quelques mouvements à la maison. Mais alors depuis que j’ai eu mon fils, c’est pire !
La nouvelle année arrive et avec elle les bonnes résolutions, je n’en ai pris qu’une, c’est celle de me remettre au sport progressivement.

La bonne excuse : le rythme

Et oui quand il s’agit de ne pas aller à une séance d’abdo fessiers, bébé tombe à pic !

Je ne peux plus faire une grasse matinée le lendemain pour m’en remettre car mon enfant ne fait pas bien ses nuits. Je ne voudrais pas manquer de sommeil et être une mère moins attentive !

Ou bien :

Je ne peux plus non plus décider comme ça d’un coup d’aller courir, j’en fais quoi de mon bébé ? Personne n’est disponible pour me le garder au pied levé. Je peux courir derrière la poussette mais bon, ça ne va pas bien vite.

Ou bien encore pour le soir c’est pareil :

Je ne peux pas sortir du travail et aller à mon cours de barre au sol, je dois faire à manger et donner le bain au petit.

Attention, être maman est un super rôle ! J’appuie simplement sur le fait que devenir maman de doit pas être un obstacle à la remise en forme.
Voici le fruit de mes recherches.

S’organiser

D’après la plupart des blogs que je lis, le maître mot est : l’organisation. Grâce à elle on peut appliquer le « quand on veut on peut » en appréhendant un minimum plus les actions de la journée. Je n’y croyais pas vraiment au début et puis petit à petit, à grands renforts de motivation j’ai commencé à prendre l’organisation au sérieux.
J’en ai parlé autour de moi, je me suis réinscrite à la salle sans m’imposer de rythme drastique. Et j’ai rencontré des nouvelles copines dans mon cas (coucou Claire si tu passes par là 😉 )

Déterminer un créneau possible

Ce qui a été déclencheur c’est ce moment où je me suis posée et ai réalisé que j’avais besoin de moments « pour moi ». Rien que pour moi et je les occuperais comme je veux. Le sport pour me défouler est un exemple d’activité. Voilà d’où tout est parti.
Évidemment, je n’ai pas pu libérer les 2 moments que tout le monde choisi pour faire du sport à savoir le matin et le soir. Et pour cause, ce sont les 2 créneaux les plus chargés dans la journée de parents.
Et la journée je travaille mais je me suis dégagé du temps libre le week-end.
Soit une copine me le garde, soit il est très heureux de retrouver ses grands parents pour quelques heures.
Surtout que je suis beaucoup plus détendue une fois que j’ai changé d’air. Je me trouve moins irritable et je suis plus agréable à vivre !

Créer les occasions de bouger

Quand je suis dans mon créneau « libre » je profite de chaque instant pour bouger ou faire quelque chose juste pour moi. En ce moment c’est le sport car j’ai besoin de raffermir un peu ma silhouette mais plus tard je pourrais reprendre la méditation ou la lecture.
Je me souviens il y a encore quelques mois, j’étais si épuisée et je gérais tellement tout dans l’urgence que le moindre moment « d’air » je m’affalais sous un plaid devant la télé.
Ma copine Claire est plus sportive que moi, elle a aussi réussi à transformer un déjeuner par semaine en 1h de sport en plein air quand c’est possible. Elle dit que c’est idéal pour renouveler l’oxygène et puis pour réguler un peu son cœur aussi. Elle s’entraîne pas mal puisqu’elle fait du trail (course en montagne) mais j’admire sa motivation ! De plus, je pourrai aussi aller marcher 30 minutes avec mon fils en poussette. A réfléchir !
Bon et puis bien entendu, je prends les escaliers plutôt que l’ascenseur, je ne prends plus les transports en commun mais le vélo.
En gros, j’essaye de faire au moins une heure de sport par semaine. J’ai un bullet journal dédié à mes activités avec des trackers pour suivre mon évolution. Je vous montrerai si ça vous intéresse. Par contre si une fois je ne parviens pas à respecter mes objectifs, je ne m’en veux pas.

faire sport enfant
Faire du sport avec un enfant comme lui ok !

Faire du sport avec les enfants ?

J’évoque cette idée car certaines mamans ne peuvent pas faire garder leurs enfants. Mais ce n’est pas vraiment la bonne solution car vous ne pouvez pas vous concentrer uniquement sur vous. Aussi, il est bon de séparer les moment, un temps pour jouer avec votre enfant et un temps pour travailler à fond vos exercices sans être perturbée. Cependant certaines activités ludiques parent-enfant peuvent être bonne pour le corps comme la natation ou le yoga.

Ne pas culpabiliser !

C’est une réaction dont certaines copines m’ont parlé, je ne l’ai pas ressentie personnellement. Elles culpabilisent de ne pas s’occuper que de leur enfant. Non ! Vous ne lui faites pas de mal en prenant soin de vous. Il préfère avoir une maman en bonne santé, soyez en sûre. Alors prenez ce temps précieux pour vous, respirez bien, lâchez prise, ressourcez-vous pour lui revenir en forme et optimiste.
J’admets que je fais moins souvent le ménage depuis, mais j’ai aussi réalisé que ce n’est pas grave, ma maison n’est pas un musée.

Voilà mes petites astuces sans prétentions pour organiser sa vie autour de certaines priorités. Comme je le disais, rien n’est gravé et si vous sautez une séance ce n’est pas grave, personne ne vous en voudra. Le tout est de prendre du temps pour vous principalement pour vous aérer l’esprit et ne pas être un robot qui ne vit que pour son enfant / sa maison.

Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !!!!!
A l’année prochaine, bises
Julie

 

Photo : Pixabay

La fécondation in vitro ou FIV

Bonjour à tous !
Comme vous le savez je suis une jeune maman, aujourd’hui je viens vous en dire un peu plus sur la conception de mon bébé. Vous l’aurez compris en lisant le titre de cet article, mon enfant n’est pas n’a pas été conçu « normalement » mais par une FIV, c’est à dire par fécondation médicalement assistée.
Je lis beaucoup de choses sur internet et l’ayant vécu, je pense être bien placée pour vulgariser un peu ce procédé qui permet aux couples non fertiles d’avoir quand même un enfant !

La fécondation naturelle

La fécondation comment ça marche ? Pour qu’il y ait fécondation, il faut que la femme soit en période ovulatoire au moment où les spermatozoïdes rencontre l’ovule dans la trompe de Fallope. A ce moment là débute la fécondation et la création du futur bébé.
Pour que ces spermatozoïdes parviennent à aller au but (de l’utérus à la trompe), il faut qu’ils soient assez nombreux et vigoureux. Les plus fragiles abandonneront en route tandis que certains peuvent se perdre si la trompe n’est pas parfaitement perméable.
L’ovule devenu ovocyte en cette période n’est pas capable de se déplacer à la différence des spermatozoïdes. Ce sont des plis situés à l’intérieur de la trompe qui le font avancer dans la bonne direction. Une fois fécondé, l’ovocyte devient embryon et c’est encore les mouvements naturels de la trompe qui le guident jusqu’à la cavité utérine où il va évoluer jusqu’au terme de la grossesse.
C’est ainsi que se déroule une fécondation naturelle. Mais parfois, c’est plus compliqué…

Qu’est-ce qui empêche la fécondation

Malheureusement certaines maladies et infections viennent quelque fois compliquer tout ça. C’est pour cela que la FIV a été mise au point.

Des anomalies tubaires (des trompes)

Les causes les plus anciennes dont les dysfonctionnement tubaires (c’est à dire « des trompes »). Parmi elels on compte : des séquelles d’infections génitales, des grossesses extra utérine ou encore des problèmes d’adhérence après une chirurgie.

L’endométriose

L’endométriose est une infection féminine mieux connue aujourd’hui. Elle a permis de diagnostiquer des milliers de femmes souffrant depuis longtemps d’un mal inconnu. Cette maladie est caractérisée par une muqueuse supplémentaire dans les ovaires bloquant ou diminuant fortement les chances de fertilité et provoquant des règles douloureuses proches d’une hémorragie.
Les personnes souffrant d’endométriose ont recours à la FIV après avoir essayé la stimulation simple de l’ovulation (injection assistée à faible pression) et l’insémination intra utérine qui ne prend pas car l’ovule est inatteignable.

L’infertilité masculine

il est possible de mesure la fertilité des deux membres du couple avant même de se lancer dans la conception du bébé. Les anomalies de fertilité se remarquent très simplement au spermogramme.
L’infertilité masculine représente à elle seule la moitié des raison pour lesquels les couples ont recours à la FIV.

Évolution de la fécondation in vitro

A l’époque de la création de la fécondation in vitro, les spécialistes se concentrent surtout sur les troubles de la fécondation liés aux trompes altérées.
C’est pourquoi ils développent un système permettant à la rencontre spermatozoïdes + ovocyte de se faire en dehors de la trompe, en laboratoire. Une fois la fécondation réalisée, ils réimplantent les embryons obtenus dans l’utérus.

fécondation in vitro fiv laboratoire
Une fécondation in vitro ou FIV est réalisée en laboratoire

Depuis la création de ce procédé en 1982, les chercheurs se sont aperçus que les problèmes d’infertilité n’étaient pas tous dus à une anomalie des trompes. Aujourd’hui nous savons que seule 1 FIV classique (sans micro injection) sur 2 est liée à des trompes endommagées.

Dernière innovation : la FIV assistée

Les recherches progressent encore pour permettre à tous les couples désireux de concevoir un enfant de ré »aliser leur rêve. C’est comme cela qu’est née l’ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection). Le principe ? Injecter des spermatozoïdes directement dans l’ovocyte pendant une fécondation in vitro.
Elle concerne les couples dont l’homme présente une infécondité totale ou partielle. Cela signifie que l’homme possède une faible concentration voire une absence de spermatozoïdes dans le sperme. De ce fait, des prélèvements testiculaires sont réalisés afin d’être réinjectés dans l’ovocyte. Il suivra ensuite le processus classique de l’évolution d’une FIV.
Depuis 1998, plus de la moitié des FIV réalisées sont des ICSI.

 

La fécondation in vitro a largement fait ses preuves en France. Depuis la naissance du premier « bébé éprouvette » en France en 1982, on compte pas moins de 12000 naissances par ce procédé rien que dans notre pays. La FIV est devenue l’alternative idéale lorsque le couple rencontre des problèmes de fécondation.
J’espère que vous y voyez dorénavant plus clair dans ce terme assez médical et technique. Sachez que la FIV est accessible à tous. N’hésitez pas à demander conseil à votre gynécologue si vous ne parvenez pas à faire d’enfant. Je serai également ravie de vous aider en commentaire !
A très vite,
Julie

J’ai testé l’huile essentielle de Tea Tree

Bonjour !
Lorsque j’ai repris la rédaction de ce blog, je vous avais dit que j’avais profité de ce temps libre pour faire plein de choses y compris tester les huiles essentielles.
Je vous raconterai certaines expériences assez surprenantes qui me sont arrivées avec certaines d’entre elles, mais aujourd’hui je vous parle de celle dont je ne peux plus me passer : l’huile essentielle de Tea Tree (arbre a thé).

Introduction à l’huile essentielle de Tea Tree

Pour commencer, il faut savoir que l’arbre à thé n’a rien à voir avec le théier. Ainsi, on extrait juste ses principes actifs mais ses feuilles ne servent pas en infusion.

Pourquoi je l’aime tant

J’ai testé pour la première fois cette huile essentielle sur les conseils de la naturopathe de ma parapharmacie. Je ne m’y connaissais pas très bien en aromathérapie mais elle m’avait recommandé par le passé cette huile essentielle pour faire une inhalation.
J’avais alors un rhume qui traînait et ne passait pas au bout de 2 semaine de traitement à base de médicaments classiques. Sur le moment, l’inhalation m’avait beaucoup soulagée mais j’ai laissé cette huile dans un coin.
Quand nous avons décidé d’avoir un enfant j’ai arrêté la pilule et rapidement, j’ai vu mon acné d’adolescente refaire surface. cette même naturopathe m’a alors conseillé encore le tea tree en application cutanée locale et miracle : les boutons s’asséchaient et disparaissaient dans la nuit !
J’ai alors décidé de me renseigner un peu plus et j’ai pris conscience que j’avais découvert un véritable remède naturel.

huile essentielle tea tree diffusion
Mon diffuseur en pleine action de purification grâce au tea tree

Que soulage l’huile essentielle de tea tree ?

La liste est très longue et je n’ai pas encore testé tous ses usages. Personnellement je l’ai trouvée très efficace pour :

  • les problèmes de peaux : acné, petits boutons, piqûres d’insecte et plaques d’eczéma (application locale pure directement sur la plaie).
  • infection de la sphère ORL : rhume, grippe, bronchite (quelques gouttes dans une cuillère à soupe de miel).
  • en cas de grosses fatigues : elle stimule le renouvellement cellulaire et donne un coup de fouet au moral.

Ainsi, elle s’utilise aussi bien directement sur un bouton ou bien diluée dans une huile végétale (eau du bain, massage).
Je l’ai aussi beaucoup appréciée en diffusion. En dehors de l’inhalation, je l’ai testée dans un brûle parfum pour purifier la chambre où je dormais lorsque j’avais le nez bouché.
J’ai eu l’impression de mieux respirer tout de suite, j’ai passée une nuit calme et mes voies respiratoires étaient dégagées au matin.
(tout ça pour faire des squats sans m’étouffer dés le lendemain et ne pas reprendre mes kilos).

Précautions d’emploi

Comme toutes les huiles essentielles, le tea tree est très concentré. C’est pourquoi les recettes sont indiquées en nombre de gouttes et pas en millilitres.
Il en faut très peu pour ressentir ses bienfaits sur la santé et l’effet est quasi immédiat. Elle pénètre rapidement dans la peau et dans l’organisme.
En cas de surdosage, les huiles essentielles peuvent causer des brûlures sur les muqueuses. Alors n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin. Ou à votre herboriste si vous avez la chance, comme moi, d’avoir un espace dédié aux plantes médicinales dans votre pharmacie.

Interdite pendant la grossesse et l’allaitement

Les huiles essentielles sont naturelles mais peuvent être dangereuses et ont donc des contre indications.
Elles sont si puissantes qu’elles sont à proscrire quand on est enceinte. Idem après l’accouchement si on allaite (ce qui a été mon cas).
Pour prendre toutes les précautions, j’ai arrêté d’en utiliser pendant 1 an et demi. Cela pour être sûre de ne prendre aucun risque vis à vis de la santé de mon bébé.

Enfin, même si les huiles essentielles sont un remède très efficace elles ne remplacent pas le suivi régulier d’un médecin traditionnel.
Il faut toujours avoir un flacon de tea tree chez soi voire même dans son sac à main !

A très vite 😉

Julie

Recycler son sachet de thé !

Sujet original je sais, mais j’essaye de réduire mes déchets et j’aime bien les astuces économes (souvenez-vous quand j’ai commencé à créer mes vêtements moi-même).
Nous avons l’habitude de jeter notre sachet de thé après qu’il ait infusé dans l’eau frémissante et bien c’est une erreur ! En effet, comme le marc de café, un sachet de thé peut avoir une seconde vie et servir à l’entretien de la maison. Vous y penserez à la prochaine infusion !

L’utilité d’un sachet de thé dans la cuisine

Je vais vous parler de 3 utilisations différentes que j’ai pu tester mais sachez qu’il y en a au moins 10 autres rien que pour cette pièce de la maison !

Attendrir la viande

Probablement le plus surprenant, on se demande d’ailleurs comment cette technique a été découverte !
Il s’agit d’éviter que certaines viandes ne durcissent à la cuisson (porc). Pour cela, il suffit d’extraire les feuilles de thé (blanc de préférence) du sachet et d’en faire une marinade dans laquelle il suffira de laisser tremper la viande avant cuisson.

Comment ça marche ?

Le tanin contenu dans les plantes a des propriétés assouplissantes. Attention donc à préférer un thé non aromatisé, ou alors il faut le prendre compte dans la recette du plat.

sachet de thé usagé recycler
Un sachet de thé usagé ne finira plus jamais à la poubelle

Parfumer les plats

Suite logique de l’astuce précédente, pour rajouter un arôme à l’eau des pâtes / pommes de terre ou ajouter une touche végétale à un bouillon, il suffit de mettre à infuser directement dans la casserole un ou plusieurs sachets de thé.

Mauvaises odeurs du frigo

Comme la coupelle de bicarbonate, le sachet de thé usagé est un capteur à mauvaises odeurs. Ainsi, placé dans le frigidaire ou dans une pièce humide, il attire toutes les odeurs désagréables et fortes vers lui. Cela fonctionne avec un sachet de thé utilisé ou du thé en vrac dans une coupelle. A renouveler une fois par mois.

Réutiliser un sachet de thé ailleurs dans la maison

Pour parfumer les vêtements

En fonction de son parfum, un sachet de thé peut avoir une fonction de diffuseur et est idéal dans une armoire. En effet, il existe des thés très odorant comme le thé à la lavande, parfait à suspendre dans la penderie ou désodoriser un dressing. J’en ai même mis un dans le placard à chaussures de sport.

Soigner les plantes d’intérieur

Le sachet de thé peut également servir d’engrais naturel mais seulement pour les plantes d’intérieur ou du balcon. Et oui car il faut que les végétaux soient en pot pour que cela fonctionne.
Ainsi, le thé aide la plante à se développer naturellement et sans engrais chimique.
Pourquoi ? Arrosé abondamment, les sachets de thé retiennent l’eau et permettent une hydratation permanente de la terre dans laquelle pousse la plante.

Un sachet de thé comme nettoyant d’intérieur ?

C’est sans doute l’astuce la plus inattendue que j’ai pu tester, je n’y croyais pas ! Et pourtant, le thé est un nettoyant surpuissant. Aussi bien pour dégraisser des plats ou de la vaisselle encrassée ou pour faire briller un miroir.

Une efficacité prouvée sur le mobilier en bois

Décidément le sachet de thé est un allié de choix et économique ! Pour l’avoir essayé sur du parquet et un meuble en bois vernis, c’est impressionnant, le bois retrouve sa brillance et sa jeunesse. Attention, il faut l’utiliser avec de l’eau froide dans laquelle le thé a infusé (un reste de tisane) par exemple. Il suffit ensuite d’imbiber un chiffon de cette eau, de frotter et ça brille
J’ai été surprise du nombre d’actions qu’a le thé usagé, je ne jetterai plus aucun sachet de thé à partir de maintenant !
A bientôt,
Julie

Redessiner son corps avec les squats

Redessiner son corps avec les squats

Je ne suis pas une grande sportive, vous le savez alors ne prenez pas peur avec le titre de ce post ! Les squats sont des mouvements très efficaces qui ne nécessitent pas de matériel particulier.
Le but est de garder un corps tonique toute l’année en tonifiant les fessiers et les cuisses.

Pourquoi j’ai choisi les squats

Parce que c’est l’exercice le plus radical que je connaisse pour tonifier le bas mais aussi le haut du corps. Facile à réaliser, la position de base est un basique du fitness.
Quand on a une vie active de maman comme moi par exemple, on n’a pas vraiment de temps libre pour s’occuper de soi. La salle de sport, le jogging entre copines… C’est impossible. Il faut donc s’aménager des plages quand l’emploi du temps le permet.
Par exemple j’ai trouvé mon rythme le matin, juste après le biberon, bébé dort, ça me laisse juste le temps de faire mes séries de squats et de prendre une douche.
De plus, j’ai découvert à quel point le sport le matin réveille le corps et dynamise encore plus la journée. Maintenant, j’évite toujours de manquer une séance de squats, je suis devenue accroc !

Quel est l’effet sur le corps ?

De par sa position, le squat sollicite plusieurs zones du corps. Particulièrement les fessiers, les abdominaux, les muscles du dos et les quadriceps.
Croyez-moi, au bout de deux semaines de squats j’ai vu la différence : une taille redessinée et des cuisses plus fermes. Je couple les squats avec les exercices pour raffermir les cuisses dont je vous avais parlé cet été.
Un mouvement parfait donc à condition de bien le pratiquer ! Sinon en plus de ne pas muscler cela va forcer sur le dos et les articulations. Il est donc important de bien respecter les conseils de positionnement pour profiter de tous les bienfaits des squats sur le corps.

Comment faire des squats ?

La position pour optimiser les résultats est de bien plier les jambes et descendre les fesses le plus bas possible en gainant (serrant) le ventre. Je vous mets une photo pour que vous voyez bien la posture de départ idéale.

position squat
La position parfaite pour les squats, en n’oubliant pas de bien respirer

Le bassin et les jambes

Position debout, jambes écartées de la largeur du bassin, pointe de pieds vers l’extérieur. Ensuite on plie les genoux jusqu’à ce que le fémur (os de la cuisse) soit parallèle au sol.
Ne pas creuser le dos ni rentrer sa tête entre ses épaules. La rotule doit être dans l’alignement du gros orteil sinon il faut descendre plus bas !
plus les jambes se plient, plus les genoux s’écartent, cela signifie que les bons muscles travaillent. Au contraire, si les genoux restent au même niveau d’écartement c’est que les jambes ne sont pas assez écartées ou pliées.
Le poids du corps doit être réparti sur l’arrière donc des talons jusqu’au milieu des pieds. Si le corps pèse vers l’avant, le mouvement ne sollicite pas les fessiers et ne fera donc pas effet. De plus vous risquez une perte d’équilibre.

Le buste et les bras

Contrairement à d’autres exercices de fitness, les squats ne se font pas avec le dos droit. Au contraire, le haut du corps doit être incliné à environ 45 degrés en avant. Pour que le dos reste bien en place, il suffit de serrer le ventre. En effet, le gainage permet de maintenir la bonne inclinaison pendant toute la série de mouvements.
En même temps que les fesses descendent, les bras remontent parallèles l’un à l’autre vers l’avant comme pour attraper quelque chose en face de vous.

Ça fait mal ?

Au début, c’est difficile de les enchaîner et puis tout est une question de rythme. Pas de stress, on peut les faire en musique ou avec un chronomètre. Mais j’insiste, l’importance est la position et ensuite l’endurance, pas le nombre de squats.
Il vaut mieux 10 squats lentement exécutés que 30 trop rapides et pas assez poussés.
La difficulté des squats est de descendre les fesses, encore plus qu’en « chaise ».
Il existe une astuce pour savoir quand on a atteint le point assez bas pour que les fessiers travaillent. Il suffit de plier les jambes doucement jusqu’à sentir que ça tire au niveau des fesses. Là, vous aurez trouvé le bon angle et la bonne profondeur de squat adapté à votre morphologie.

Les squats parfaits

Voici quelques trucs et astuces qui m’ont permis d’optimiser petit à petit mes squats. Position, durée, rythme, respiration, équilibre… je vous dis tout !

Gardez l’équilibre

Tout est une question de souplesse dans l’exécution. En effet, pour des squats optimisés il faut réussir à être mobile pendant la pratique. C’est à dire éviter de crisper.
C’est un réflexe naturel du corps, le fait de fléchir force les muscles à se contracter pour ne pas tomber vers l’avant.
Or, justement pour que le squat soit efficace, il faut à tout pris éviter de tétaniser les muscles qui se fatiguent alors inutilement. Ce blocage empêche en tenir la position aussi longtemps que nécessaire et rend l’exercice inefficace.

Astuce pour trouver son équilibre

Ça a marché pour moi alors je partage avec vous ! Se mettre en position de squat et se tenir à une poignée de porte. Plier le plus profondément possible et une fois au maximum de la descente balancez-vous d’avant en arrière et de gauche à droite.
La poignée de porte est rassurante tout en servant de guide. Cet exercice est une méthode pour se familiariser avec cette position près du sol tout en conservant un équilibre sans crisper les muscles.

Priorité à la respiration

Comme je vous disais plus haut, ce n’est pas une compétition. L’important est de tenir la flexion le plus longtemps pas d’en faire le plus grand nombre.
De plus, se concentrer sur le respiration fait focaliser l’esprit sur autre chose que la perte d’équilibre. Bien gérer la respiration permet de s’essouffler moins vite naturellement et ainsi de travailler plus en profondeur.
A chacun sa méthode, les squats c’est très personnel. Mais personnellement le chrono me stresse alors que me concentrer sur les inspirations et expirations développe mieux mon endurance.

Pimenter les séries

Une fois à l’aise avec la position, il est possible d’augmenter la difficulté. Pour cela, allez y crescendo en compliquant petit à petit les exercices.
Par exemple, vous pouvez prendre des haltères (des bouteilles d’eau font très bien l’affaire).
Plus le corps pèse lourd, plus le muscle travaille et plus les squats sont efficaces.
Il existe aussi plusieurs mouvements de squats évolués qui partent de la position basique et la corsant. Par exemple les « jump » squats qui, comme leur nom l’indique, rajoute un saut pour amplifier le travail sur les muscles.
Ces squats rendent l’exercice plus physique et exigeant envers le corps. Je déconseille de commencer directement par ceux là. Pour ma part, je suis passée à la vitesse supérieure lorsque j’arrivais à faire 20 squats d’affilée sans ressentir de douleur (trop forte).
Je n’ai pas donné de nombre de série exprès. En effet, il n’y a pas de quantité de squats à réaliser pour garantir une efficacité.

Crédit photo : Flickr – Ben Garcia

J’ai testé Bye Bye Nits contre les poux !

Bonjour à tous, aujourd’hui je reviens avec un témoignage qui concerne tous les parents : la lutte contre les poux.
Les ennemis de la rentrée scolaire, comme si on avait besoin de compliquer la tâche !
Mon petit bout est encore trop jeune pour aller à l’école mais ma nièce âgée de 7 ans est en plein dans la cible.

Bye Bye Nits, un centre de traitement anti poux

Il fallait bien ça pour éradiquer ces vilains parasites de la têtes de nos enfants. Tout le monde a déjà testé les produits vendus en pharmacie ou encore les remèdes de grand mère.
Mais certains poux sont tenaces et résistants, que faire dans ces cas là ? Ma sœur, habitant à Paris a entendu parler de l’ouverture de ce centre qui promet d’éliminer les poux et les lentes pendant plusieurs mois en 90 minutes. Nous avons testé !

Qui est concerné ?

Tous le monde peut attraper des poux mais les enfants sont les premiers concernés. En effet, les poux de tête se transmettent par contact tête contre tête. Lors de rassemblement, comme en colonie de vacances, en séjour scolaire ou voyage au ski.

Pourquoi le shampooing ne les élimine pas ?

Il faut savoir que le pou est un parasite coriace qui résiste à l’eau et au savon ! En effet, ses orifices respiratoires se ferment automatiquement au contact de l’eau. Ainsi, il peut rester plusieurs heures sans respirer ni mourir.

Comment profiter de ce traitement ?

Il suffit de se rendre dans un des centres Bye Bye Nits (d’autres vont ouvrir en France dans l’année 2017). Sur place, 90 minutes de traitement suffisent pour éliminer les poux et les lentes de la tête de votre enfant.

Comment ça marche ?

Une machine révolutionnaire tout droit venue des Etats Unis envoie de l’air chaud qui déshydrate les bestioles puis les aspire. Bye Bye Nits est un institut entièrement dédié aux poux de tête. Un univers ludique adapté à l’enfant rend cette heure et demi moins longue. Ainsi, à sa disposition : jeux, tablette, dessin animé, livres… De même pour les adultes, on peut patienter dans un petit salon tout confort en buvant un thé.
A noter : ce traitement est absolument indolore ! Sauf pour le porte monnaie, environ 79€, à déterminer en fonction de la longueur des cheveux. Honnêtement, vu le résultat et les prochains mois paisibles à venir, cela vaut le coût ! Surtout qu’après calcul, tous les autres produits non efficaces dépassaient largement ce budget.

Quelques petits conseils de préventions

La cure a été un véritable soulagement pour ma sœur et aussi la petite qui en avait marre des démangeaisons incessantes. Terminé la corvée de peigne fin plusieurs fois par jour sur ses longs cheveux. Pour éviter leur retour car ils sont voraces, quelques astuces :
– Appliquer des produits préventifs
– Attacher les cheveux longs
– Lors de sorties à la neige, porter un bonnet
– Éviter le contact avec des enfants ayant des poux
– Ne pas avoir de contact tête contre tête

Bref, un moment bien agréable pour toute la famille puisque ma petite nièce a même bénéficié d’un massage du crâne et de soins des cheveux ! A faire une fois par an ou si rechute. A ce propos, Bye Bye Nits garantie l’efficacité de son produit 7 jours après le traitement. Ainsi, si un pou a résisté, la deuxième application est gratuite.
A bientôt,
Julie